3ème FESTIVAL
DE BANDE DESSINÉE
AU CHÂTEAU D'AIGLE

REPORTÉ AU 21-22 NOV.

ACCUEIL
PROGRAMME

ARTISTES

ARCHIVES

INFOS & CONTACT
ARTISTES
EDITION 2020
À DÉCOUVRIR
D’ici et d’ailleurs, plus de 25 artistes viendront à vous sur le festival par le biais, de conférences, de débats, de rencontres et de dédicaces.

retour

FRANK MARGERIN
Né le 9 janvier 1952 à Paris.

Frank Margerin s’installe sur les bancs des Arts Appliqués en 1968 pour en ressortir en 74 avec un diplôme de laqueur et de dessinateur « Textile ». À partir de 1976, Margerin a d’abord frappé aux portes de la publicité avant de se voir offrir un travail par Jean-Pierre Dionnet, le rédacteur en chef de ‘Métal Hurlant’. Le numéro six de la revue accueille ses premières planches, « Simone et Léon ». En 1982, il crée « Albert et Mauricette », dont les strips paraissent dans le supplément hebdomadaire du Matin de Paris. Parallèlement à ses publications dans ‘Métal Hurlant’, il collabore aux éphémères revues ‘Rigolo’ (le mensuel humoristique des Humanos), ‘Viper,’ ‘Zéro’, ‘Phosphore’, ‘Zoulou’… Il dessine dans les pages de ce dernier les reportages des journalistes Skoup et Max Flash, sur un scénario de Phil Casoar. Très vite on retrouve des dessins de Frank partout : il multiplie les pochettes de vinyles, affiches de films, concerts, festivals, illustrations publicitaires, etc. Mais de cette prolixité l’histoire retiendra avant tout son personnage-fétiche, Lucien, la banane la plus célèbre de la bédé, rockeur rigolard emblématique des années 80.

En 1986, « Tu dis que tu l’M », chanson écrite avec ses copains dessinateurs (Denis Sire, JC Denis, Vuillemin et Dodo), propulse le Dennis’ Twist à la dixième place du Top 50. En 1989, Margerin se lance dans le dessin animé. « Les Aventures de l’insupportable Manu » sont diffusées sur la 5 puis sur Antenne 2, avant de devenir trois albums de vraie BD aux Humanos. Il est couronné Grand Prix de la ville d’Angoulême en 1992. En 2002, il crée le personnage de Momo le coursier pour L »Écho des Savanes’ qui donnera trois albums chez Albin Michel.

En 2006 sortie de l’album » Shirley et Dino » aux Humanos. En 2008, il intègre l’équipe de ‘Fluide Glacial’ chez qui il sortira trois nouveaux albums de Lucien, âgé et père de famille.

En mai 2012, le premier opus de « Je veux une Harley » sur scénario de Marc Cuadrado, sort chez ‘Fluide Glacial’…

Les tomes suivants sortent chez Dargaud, dont le tome 6, « Garage, Sweet Garage » en 2020. Une sérié déjà culte chez tous les motards !

language Site Internet

retour

BABA
Bien que son physique agréable le promettait à une grande carrière de top model, Baba, contre toute attente, décide de perdre ses cheveux et de faire de la bande dessinée. Sa passion pour le cerf-volant et son amour des pizzas n’étant pas des atouts suffisants pour devenir bédéiste, il décide d’apprendre le métier dans la prestigieuse et onéreuse école Émile Cohl, mettant du coup toute sa famille sur la paille. Au bout de 3 ans, il en ressort avec un diplôme plus ou moins mérité, bien décidé à percer dans le neuvième art. Il ignorait alors qu’il allait en baver parce que la BD, c’est rigolo mais c’est pas fastoche. Il multiplie alors les petits boulots pour s’acheter du pain, en plaçant ici et là des illustrations dans des journaux, pour des associations et même pour la télé mais ce n’est pas encore le succès dont il rêvait enfant quand il lisait avec émotion ses BD de Lucky Luke, Astérix et autre Schtroumpfs. Puis un jour il rencontre Zep, ce qui ne change absolument rien à sa carrière mais c’était sympa. Au bord de la dépression, il décide alors d’ouvrir son blog et là, c’est le triomphe. Pas moins de 3 personnes se bousculent aussitôt sur ce site, laissant même parfois des commentaires cocasses et pertinents. Grâce au net, il rencontre des gens, se fait connaître auprès d’autres et de fil en aiguille, il lance en septembre 2006 avec ses compagnons Lapuss’ et Tartuff la série « Le Piou » dans le journal de Spirou. En septembre 2008, il sort avec la même équipe son premier album au titre évocateur Super Blagues – Finie la Rigolade dont le tome 2 Abus de Pouvoirs arrive quelques mois après en juin 2009. Puis après 3 ans de couveuse, « Le Piou » sort enfin de son œuf sous la forme d’un bel album aux Éditions Dupuis. Caressant l’espoir que celui-ci connaisse une brillante carrière sur des centaines de tomes, Baba s’entoure en attendant de scénaristes compétents et drôles qui l’aideront à conquérir le monde de la BD… ou pas. Au pire, il lui reste toujours l’option du mannequinat…

retour

BOB DE GROOT
Né à Bruxelles le 26 octobre 1941, Bob de Groot n’a que 17 ans lorsqu’il entame des études dans une école supérieure de dessin. En 1960, sa rencontre avec le grand Maurice Tillieux l’amène à collaborer aux aventures de «Félix». Pendant plus de cinq ans, il réalise en solo quelque 300 pages pour des quotidiens. En 1967, pour «Pilote», il réalise les décors de courtes histoires avec Hubuc, puis, seul sur un scénario de Reiser, il anime les aventures de «L’Agent Caméléon» avec Fred. Reprise avec Turk, cette série va lui permettre d’inaugurer les premières longues années de complicité avec celui-ci. En 1968, pour «Spirou», le duo crée «Archimède», puis entame en 1969 pour «Tintin», les délirantes aventures de «Robin Dubois». En 1972, Bob de Groot reprend les enquêtes de «Clifton» (avec Turk puis avec Bédu). Entre-temps, il abandonne le dessin pour se consacrer exclusivement à l’écriture de scénarios. En 1975, pour «Achille Talon Magazine», il lance avec Turk les aventures de «Léonard». Comptant dès lors comme l’un des scénaristes humoristiques les plus réputés, il relance «Chlorophylle» avec Dupa et Walli. Il collabore aussi épisodiquement avec Tibet («Le club des Peur-de-Rien»), Greg et Dany. Pour Morris, il participe en outre aux exploits de «Lucky Luke» et de «Rantaplan» avec Vittorio. En 1989, de Groot fait par ailleurs une incursion dans le récit réaliste en scénarisant pour Ph. Francq «Des villes et des femmes» (Dargaud). En janvier 1999, paraît au Lombard «Doggyguard» dessinée par Michel Rodrigue, série qui nous fait découvrir les avatars rocambolesques d’un chien garde du corps à Los Angeles (3 titres). Lors du Festival BD été 2001 de Middelkerke (B), Bob de Groot s’est vu décerner un « Rookie » du meilleur scénariste de l’année. En 2003, il fait revivre les aventures de « Clifton » et c’est à nouveau à son complice, M. Rodrigue, qu’il confie le dessin. En décembre 2006, Bob de Groot a reçu le Prix Humour au Festival BD d’Ajaccio.

retour

BRUCERO
« Je suis né et je vis en Bretagne : nos racines sont riches de son histoire, de ses légendes, de ses mythes et de ses symboles. Tout cela nous nourrit. Non seulement j’accepte cet héritage, mais je veux contribuer à l’évolution de la culture de la Bretagne. »

Né à Lorient en 1970, Brucero a toujours pensé sa vie à travers le dessin et la peinture. Une forme d’expression naturelle pour lui, qu’il a travaillée et cultivée jusqu’à pouvoir en faire son chemin de vie. Après un passage éclair aux Beaux-arts de Lorient et Rennes et une année à Paris, il accumule rencontres, expériences, commandes diverses, participant à de nombreux festivals de bande dessinée et d’illustrations, éditant ses dessins en cartes postales et calendriers partout en Bretagne et dans le grand Ouest.

Aujourd’hui, l’illustration est son domaine, et l’imaginaire celtique et féérique ses univers intérieurs. Dans ses cartons, vit une faune hétéroclite de personnages de tous types : Fées, Elfes, Princesses et Chevaliers, Korrigans, Nains, Trolls, Dragons et autres créatures fantastiques.

Ses personnages offrent une vision poétique des petits peuples qui s’organisent et vivent en harmonie sous ses pinceaux et alimentent l’évocation des légendes celtiques. Par ses dessins, il ouvre des portes vers d’autres mondes.

Soucieux de préserver la sensibilité et l’effet vibratoire de son travail, Brucero a résolument fait le choix de tout réaliser en techniques traditionnelles. Toutes ses planches sont donc faites à la main (papier, graphite , peinture acrylique et aquarelle).

Il arpente les chemins de France et d’ailleurs en véritable pèlerin de l’imaginaire et du merveilleux sur les salons, littéraires, fantastiques et de bande dessinée. Il participe à des ouvrages collectifs de dessinateurs, comme l’Univers des Dragons édité en 2009 chez Daniel Maghen, le « Lanval » édité en 2010 par le Centre de l’Imaginaire Arthurien qui coédite en 2013 « Ardennes et Bretagne, les sœurs lointaines » avec le musée en Piconrue et le Gal Racines et Ressources des Ardennes en Belgique. Il publie son premier livre d’illustration en 2007 chez Drugstore (Glénat) : « Le livre secret de Merlin » marque son entrée dans le grand bain de l’édition.

Puis vient « A la recherche de la mandragore » en 2010. « Druiz, la prophétie perdue » est son troisième ouvrage.

language Site Internet

retour

CHRISTOPHE BERTSCHY
Bertschy est né le 7 octobre 1970. Après une formation de graphiste à Lausanne il se lance dans la création de dessins par ordinateur. En 1998, il rejoint la bande à Zep dans le magazine « Tchô ! » et anime les aventures absurdes et rocambolesques de « Jimmy Brocoli », le légume le plus groovy du potager. Puis petit à petit, le nonchalant et burlesque SMAX investit les pages en faisant l’unanimité. Le dessin électronique très original de Bertschy colle au plus près à l’univers contemporain de ses héros. Très éloigné de l’école franco-belge, SMAX s’apparente plus au graphisme des Simpsons ou de South Park.

Son premier album, SMAX Tome 1, sort en octobre 2000, suivi en octobre 2001 du SMAX Tome 2. Ces albums remportent un franc succès, notamment auprès de lecteurs séduits par son graphisme lisible et incisif. SMAX raconte les aventures désopilantes d’un adolescent confronté aux multiples problèmes qui émanent de cette période de la vie : le fiasco de ses expériences romantico-sexuelles et son manque d’enthousiasme pour le choix d’une carrière professionnelle. Les gags s’inspirent des contradictions de cet âge où SMAX se rebelle mollement contre son statut de public cible idéal avant de courir dépenser tout son argent de poche dans les dernières baskets vintage !

En octobre 2002 SMAX est de retour avec un troisième album. SMAX a un diabolique rival car Christophe Bertschy anime également les aventures de Nelson, un petit diable orange qu’on retrouve tous les jours en strips dans Le Matin (quotidien suisse à grand tirage et à large distribution). Depuis le 11 février 2001 (première parution) le public de Nelson ne cesse de croître : il parait depuis septembre 2002 en allemand dans le Bieler Tagblatt. Le démarrage international de la série est prévu pour janvier 2003, la maison d’édition Dupuis ayant décidé sa publication dans le journal de Spirou et sur Spirou.com. Des albums en couleurs sont programmés pour 2004. On considère d’ailleurs Bertschy comme l’un des représentants d’une nouvelle génération de dessinateurs qui mêlent nouvelles technologies et humour décapant.

language Site Internet

retour

THIERRY CAPEZZONE
Thierry Capezzone est un auteur français de bande dessinée, résidant au Danemark, né le 2 novembre 1963 à Lyon. Il débute dans le journal Spirou en 1992 où il est l’assistant de Daniel Kox sur la série L’Agent 212. Dans les années 90, il collabore avec Vincent Mike Deporter sur la série dingo-pubs pour Spirou et avec Michel Rodrigue sur la série Les Pieds Nickelés chez Vents d’Ouest.

En 2003, il crée avec le scénariste danois Jan Rybka la série H.C. Andersen junior. Dans les années 2000 il est très productif et travaille sur de nombreuses séries à la fois en Scandinavie mais également en France. Il dessine entre autres les aventures du p’tit Chabal aux éditions Vents d’Ouest, il reprend le dessin sur des personnages cultes norvégiens : flåklypa et les aventures de Petzi avec un premier album de pure bd qui s’intitule Petzi et le volcan. L’album sort dans plusieurs pays et en France aux éditions Chours du groupe Paquet.

Depuis le début des années 2010, il travaille sur plusieurs albums historiques danois et en 2017 il retrouve son partenaire de dessin Vincent Deporter pour un album intitulé Le Roi et le Moine.

retour

COSEY
C’est au beau milieu des Alpes suisses que Cosey acquiert le goût des grands espaces enneigés, de la littérature américaine et de la bande dessinée. Sous la tutelle de Derib, il apprend le métier de raconteur d’histoires en cases, domaine dans lequel il manifeste un talent qui lui ouvre bien vite les portes du journal « Tintin ». Mais, peu à l’aise dans les sillons déjà défrichés du 9e Art, Cosey préfère créér un héros qui lui ressemble : Jonathan. Cette aventure intérieure, que Cosey nourrit constamment de ses voyages, de ses lectures et de ses réflexions, est consacrée par le Prix du meilleur album à Angoulême, en 1983. Succès qui lui permet d’ouvrir d’autres portes, comme celle du one-shot. Ainsi, son talent pour la représentation graphique du vide, et l’écriture du non-dit, explose dans « À la recherche de Peter Pan », paru au Lombard en 1985. S’ensuivront quantités d’albums (« Voyage en Italie », « Saïgon-Hanoï », « Zeke raconte des histoires », etc.) au fil desquels il nous fait partager voyages et émotions. Ce qui ne l’empêche pas de nous donner quelques nouvelles de Jonathan de temps à autre…

retour

CORRIDOR COSMIQUE
Né le 23 janvier 1969 à Vevey, Sébastien Perroud, dit Pet, alias Corridor Cosmique, est au bénéfice d’un CFC de décorateur-étalagiste. Il s’intéresse à la BD et rencontre Dominique Willemin en 1999. Ils publient ensemble l’album Le Botaniste en 2004, puis J’ai épousé une communiste, dont l’intégrale sort en 2010, chez Paquet.PET réalise diverses illustrations et participe à des collectifs BD sous la houlette de Georges Pop. De 2008 à 2013, il est l’auteur d’un dessin hebdomadaire pour le journal 24H du samedi. En 2012, il collabore avec le bureau d’architectes HHF Architects à Bâle concernant un concours pour un nouveau bâtiment de l’EPFL (6 planches BD accompagnant la présentation du projet)Il réalise également des pochettes de CD, étiquettes de spiritueux, T-shirts, autocollants, story-board, dessins à l’acrylique en grands formats façon ligne claire,

retour

THOMAS CRAUSAZ
Thomas Crausaz de nationalité Suisse est né en 1973.
Après des études inachevées aux Beaux-Art et un début de carrière comme fonctionnaire, il décide de tenter sa chance à l’étranger. La première société qui lui offre un poste est une compagnie de jeu vidéo Anglaise. En 2003 il part s’établir à Nottingham et va y passer presque 10 ans. Il travaillera sur divers jeux vidéo console (MotoGP, Haze, Crisis 2 entre autre) en tant que Senior 3D artist et Lead.
En 2010, il est invité en Suisse à donner un stage à l’Epac, une école d’art privée. En 2011, il rentre définitivement en Suisse pour y ouvrir le département GameArt.
En 2016, il fonde la start-up Adventures-Lab qui se spécialise dans la création de contenu et de produits en réalité augmentée. Il y développe notamment un tapis de jeu éducatif ainsi que divers produits alliant gamification et réalité augmentée.
Il est contraint de fermer en 2018 et retourne à l’enseignement. Il décide enfin de lancer sa carrière d’artiste trop longtemps repoussée en explorant des thèmes qui lui sont chers : la science-fiction, la technologie et la dystopie.

language Site Internet

retour

DANY
Ce qui caractérise le mieux la carrière de DANY, c’est la diversité.

« OLIVIER RAMEAU » tout d’abord, qu’il crée avec GREG , est une série délicieusement onirique où fantaisie et l’humour se mélange pour notre plus grand bonheur.

Dans un style tout différent, très réaliste, il nous offre « HISTOIRE SANS HEROS » sur un scénario de JEAN VAN HAMME. Un récit d’une densité remarquable qui connaîtra une suite tout aussi passionnante : « VINGT ANS APRES ».

Viennent ensuite les fameux recueils de gags coquins « CA VOUS INTERESSE ? » etc… où DANY nous prouve son talent exceptionnel pour dessiner les jolies filles déshabillées.

C’est très sexy et surtout très drôle.

Pour « EQUATOR », série d’aventures se passant en Afrique, DANY se sert admirablement de toutes la documentation et de toutes les émotions qu’il a accumulées tout au long de ses nombreux voyages autour du monde.

Il vient de surprendre une fois de plus son public en publiant l’histoire fantastique d’un voyage dans la Roumanie d’aujourd’hui sur les traces de DRACULA : « TRANSYLVANIA », sur un scénario d’YVES H.

Et ce n’est pas fini ! Cette fois avec son ami ARLESTON, il dessine actuellement « LES GUERRIERES DE TROY » où il aborde pour la première fois l’héroic-fantaisy. Un régal…

language Site Internet

retour

PAL DEGÔME
Pal Degome est né en 1972 à Lausanne. Formé aux Art contemporains du centre Doret à Vevey, il suit ensuite des cours d’illustration à l’école d’art visuels Ceruleum à Lausanne. Sa première publication remonte à 1990 pour le journal Revue, il collabore par la suite à plusieurs magazines et fanzines dont Le Matin Dimanche pour lequel il crée la série Isa en collaboration avec Mona en 2003. Homme aux multiples facettes, il a remporté un prix du public au festival des dessinateurs de presse à Cressier en 1995 et a travaillé avec les festivals Paléo, Rock Oz’Arènes et Pully à l’heure du Québec pour qui il a caricaturé les artistes invité-e-s. Côté bande dessinée, il est l’auteur de Zik&bulles (YIL édition, 2014). Il est également illustrateur, et, en mélomane érudit, il collabore régulièrement avec des musicien-ne-s suisses et étrangers, dont il réalise les pochettes. Actuellement, Pal Degome est aussi chroniqueur BD pour diverses chaînes de télévision (TVM3) et de radio (Option Musique, NRV, Rouge FM).

language Site Internet

retour

DERIB
Fils d’un peintre renommé, Claude de Ribaupierre, alias DERIB, a la chance de grandir dans une famille où la bande dessinée est bien considérée. En conséquence de quoi il quitte sa Suisse natale pour Bruxelles, où il apprend le métier de dessinateur de BD au sein du prestigieux studio Peyo.

Rapidement, il publie dans les magazines Tintin, Spirou et Pilote. Il crée son personnage fétiche, “Yakari”, à l’âge de 22 ans, mais il faudra attendre sa rencontre avec le scénariste JOB pour que le petit indien prenne réellement vie.

A partir de 1974, Derib creuse la veine réaliste, avec “Buddy Longway”, western atypique mettant en scène la vie d’une famille de trappeurs dans le Midwest. Cette série très personnelle lui permet notamment de nous faire partager son amour des chevaux, dont il est l’un des meilleurs dessinateurs.
Il partage ensuite son temps entre Yakari et une série de one-shots contemporains, d’une grande sensibilité. “Jo”, “No Limits” ou “Pour toi, Sandra” mettent ainsi en lumière les malades du Sida, la délinquance juvénile ou la prostitution.

Auteur éclectique et résolument humaniste, Derib est également la figure tutélaire de la BD suisse, dont il reçoit fréquemment les jeunes auteurs les plus prometteurs.

Depuis 2012, il collabore avec son fils Arnaud qui édite ses nouveaux albums au éditions AS’Créations : “Tu seras Reine” qui décrit l’univers des vaches d’Hérens, “l’Aventure d’un Crayon” Art Book qui retrace ses 50 ans de carrière, “le Galop du Silence” sur les chevaux de Franches-Montagnes dans le Jura suisse, “La Patrouille” suite de “Tu seras Reine” sur le ski alpinisme avec comme toile de fond la mythique course de La Patrouille des Glaciers enfin “Ferdinand Hodler, une vie d’artiste” un album illustré qui retrace la vie du peintre suisse à l’occasion de la commémoration des 100 ans de sa mort.

language Site Internet

retour

ERLE FERRONIERE
Depuis l’enfance, Erlé Ferronnière a toujours été passionné par le dessin et la peinture. Issu de familles d’architectes par ses deux grand-pères (arrière-petit-fils de Charles Chaussepied), il a eu la chance d’évoluer dans un environnement où le domaine artistique était considéré et valorisé.

Son baccalauréat en poche, il se dirige vers les beaux-arts. Il est admis à l’École régionale des beaux-arts d’Angers en 1991. Au terme de trois années d’études, il obtient son diplôme national d’arts plastiques, option art.

Entre-temps, il rencontre Jean-Baptiste Monge, élève en école d’arts appliqués puis dessinateur publicitaire. Ensemble, ils se lancent dans l’illustration et c’est ainsi que leur premier livre, Halloween, est publié en 1997. Suit Mic & Mac en solo, puis À la recherche de Féerie tome I et tome II à nouveau avec Jean-Baptiste, L’Univers des Dragons un ouvrage collectif regroupant de nombreux illustrateurs, et Fées & Déesses, de nouveau en solo côté illustration…

Depuis quelques années, il se consacre pleinement au dessin et à la peinture avec le soutien de la galerie Daniel Maghen, sans pour autant abandonner ses thèmes de prédilection que sont la mythologie et le légendaire.

language Site Internet

retour

JYTERY
Jytéry partage ses activités entre l’illustration, la bande dessinée et le story-board. Comme dessinateur BD, il travaille sur ses propres projets après avoir repris, avec Rodolphe au scénario, les rennes de la série Arlequin créée par Dany et Van Hamme.

Également illustrateur, il a collaboré au journal Pif mais conserve dans ses cartables un ensemble de dessins érotiques non encore publiés à ce jour. En tant que story-boarder, il participe à de nombreuses séries de dessins animés pour la télévision (Tortue Ninja, Le Petit Poucet, Paddington, Archie et, plus récemment, Esprit Fantôme et Shaolin Kids). Pour Bamboo, il réalise Plan drague.

retour

KAYA
Né en 1960 dans une ferme en Bretagne, à Saint Sulpice la Forêt près de Rennes (les vaches s’en souviennent encore !…) Kaya entre au lycée hôtelier de Dinard en 1975 et en sort diplômé 3 ans plus tard. Il exerce alors pendant 15 ans son métier de cuisinier. C’est en 1981 qu’il débarque en Haute-Savoie pour ne plus quitter cette belle région. Sa passion pour le dessin l’emporte et lui fait ouvrir un atelier où il exprime tout son talent artistique. C’est en 2003 que va naître sa vache et le phénomène KAYA, ici on dit “la Vache de KAYA” comme on dirait “le chat de Geluck”. Kaya est un peu le Geluck de nos montagnes. C’est alors que le Dauphiné libéré le contacte pourmettre en illustration humoristique l’actualité du G8 à Evian… Il sort son premier album intitulé “La Vache qui Meuh’rmurait à l’oreille des hommes”, de braves et belles abondancières aux pis rebondis qui se plaignent de ne pouvoir manger leurs farines, et oui Kaya c’est l’actu mais à rebrousse poil. Principe de précaution anti-morosité oblige !

retour

JEAN-LUC LOYER
Jean-Luc Loyer est né le 18 août 1964 à Hénin-Liétard. Diplômé de l’École des Beaux-Arts de Douai en 1984 et de l’École des Beaux-Arts d’Angoulême, il travaille dans l’atelier BD Sanzot, avec Mazan, Isabelle Dethan, Cécile Chicault. Depuis son plus jeune âge, il nourrit une fervente passion pour la bande dessinée. Après quelques années passées à travailler dans le dessin animé, qu’il avoue trouver «plus marrant au départ» (studio IDDH avec les Tortues Ninjas et Lucky Luke, puis Octopussy), il décide finalement de s’adonner à la bande dessinée. Il est tout d’abord rédacteur en chef du fanzine l’Original (numéro 1 et 2), puis effectue un bref passage aux éditions du Cycliste. Son premier ouvrage, Les Mangeurs de Cailloux, est sélectionné au festival d’Angoulême en 1998, dans la catégorie Coup de Cœur. Dans cette série, il relate ses souvenirs d’enfance dans le nord de la France. Jean-Luc Loyer a une bonne connaissance de l’imaginaire enfantin grâce à ses fréquentes interventions pédagogiques en classe ou centre de loisirs. Victor devient vite une série récompensée par les enfants puisque le second tome reçoit le Prix Jeune Public au festival BD Boum de Blois en 1999. En bande dessinée, Jean-Luc Loyer est tout particulièrement sensible à Jaccovitti. Il avoue aussi apprécier le cinéma intimiste de Federico Fellini, sans oublier Marcel Pagnol, son auteur préféré. Il reconnaît être très curieux, touche à tout, et même «dispersé». Ainsi, outre d’autres projets de bande dessinée, il réalise des travaux de communication, de publicité, de sculpture, ou encore d’illustration sur CD-Rom. Tout en continuant à narrer les aventures de Victor, Jean-Luc Loyer signe une nouvelle série aux éditions Delcourt : Madame La Lune. Destinée aussi aux petits, il laisse ici Nathalie Ferlut au dessin. Dans Le Parc fantastique (dessins de Muriel Sevestre), mystères et suspense dans l’univers magique de la fête foraine !

retour

LA BÛCHE
Fanzine collectif initié en 2015 sur la base du constat que la bande dessinée est encore un milieu massivement masculin, La bûche a pour objectif de visibiliser et faire se rencontrer des dessinatrices de Suisse romande pratiquant la BD.

Elle rassemble chaque année 17 nouvelles contributrices, sur un thème libre. Autour du fanzine, des événements, hors-séries et collaborations ont lieu.

language Site Internet

retour

LA PUCE
La Puce est une association à but non lucratif qui a pour but de publier des auteurs de bandes dessinées et autres.
Nous avons commencé à sillonner les festivals il y a près de 15 ans. Vous pouvez voir la liste non-exhaustive des gens qui nous ont accueillis ici: liste des festival. Demandez-leur, ils diront tous qu’on est trop chou.

En 15 ans, on a perdu beaucoup d’espérance de vie a force de dormir à -10° dans le coffre de la voiture ou en traversant la France sur les routes gelées avec nos pneus d’été; mais on a toujours bien rigolé et on en est toujours pas mort (touchons du bois).

Les quelques expositions que nous avons monté (à Genève, Gex, Bellegarde, etc.) ont toutes été bien appréciées, et on ne manque jamais de donner un coup de main ou de crayon aux collectifs qui nous entourent, comme Les Chiens Fous, Le Zombie Libéré, La Mouche ou le Collectif Lissibédé.

On a même organisé un grand festival à St. Imier pour la sortie de notre album « Le Renard », sur deux jours avec du punk à tout les étages. Verdict: record d’entrée de mémoire d’Espace Noir (qui organise des concerts depuis plus de 20 ans).

language Site Internet

retour

CHRISTIAN OFFROY
Christian Offroy est artiste peintre, installé à Montagnieu dans l’Ain depuis une dizaine d’année. Ce peintre figuratif, diplômé de l’Académie Royale des Beaux Arts de Bruxelles, évoque dans ses œuvres la diversité et la fragilité de l’humanité, souvent avec une touche burlesque ou raillante.

Dans ses illustrations on retrouve cette même fragilité, accentuée par la douceur de ses couleurs. Ses album Etoile des forêts, Heyo (tome 1), Heyo rêve de hibou (tome 2), Heyo dort avec les loups (tome 3) et Empreinte d’Ours ont été publié par la maison d’édition Couleur Corbeau.

language Site Internet

retour

YVAN SJÖSTEDT
Yvan Sjöstedt alias Ted est éducateur et responsable de formation à l’ARPIH (Association romande pour le perfectionnement du personnel d’institutions pour handicapés) à Yverdon. Complice régulier des projets de son frère Nicolas (alias Jo) il a signé le scénario de l’ouvrage sur le faux monnayeur Farinet que les deux frères publieront cet automne aux éditions Favre. Il est aussi le scénariste et le porteur des idées des dessins de Nicolas pour Comment ne pas se perdre dans le noir ?.

retour

NICOLAS SJÖSTEDT
De retour en Suisse après dix ans passés à Paris comme directeur artistique dans la publicité, Nicolas Sjöstedt s’est d’abord fait connaitre comme dessinateur de presse avec ses collaborations au journal satirique Saturne et au quotidien Le Matin. Dessinateur du journal satirique Vigousse, de sa création à début 2019, il a également travaillé comme réalisateur et a longtemps collaboré au Musée d’ethnographie de Neuchâtel en qualité de scénographe. Côté bande dessinée, il a publié Aho Hito une œuvre franco-japonaise, aux éditions Confort Modern, ainsi qu’Oreiller de chair fraîche, chez l’éditeur suisse Hélice Hélas. Il publiera cet automne, aux éditions Favre, sur un scénario de son frère Yvan (alias Ted), une bande dessinée sur le faux monnayeur Farinet. Notons encore qu’il a illustré, en 2018, Contes et légendes du Jura, un recueil édité par les éditions Slatkine sur des textes d’Aurélie Reusser-Elzingre. Particulièrement investi dans la cause des migrants et la défense du dessin de presse ici et ailleurs, il participe, aux côtés de Barrigue et Pitch Comment et à l’association Dessiner pour tous. Il a, aujourd’hui mis de côté son travail de dessinateur de presse de côté, pour se consacrer à ses travaux de bande dessinée et d’éditeur.

retour

ROMAN SURZHENKO
Roman Surzhenko est né en 1972 à Taganrog en Russie. En 1994, il sort diplômé de l’Université et pendant plusieurs années travaille comme illustrateur avec les éditeurs de « Joy » (Taganrog) puis pour la maison d’édition ‘Rosman » (Moscou), « Phoenix » et « The Kid » (Rostov-na-Donu). En 2001, il débute la bande dessinée avec « Aventure Splendid » au sujet d’un groupe d’enfants qui proclament un mode de vie sain. Depuis 2003, il collabore avec la maison d’édition « Advance-Press » (Moscou)qui lui confie les séries suivantes : « Guerrier et le moine » (une saga historique avec des éléments de mysticisme, les errances d’un jeune Ronin et d’un moine bouddhiste dans le Japon médiéval), « Le photographe de nulle part » (les aventures d’un jeune photographe aux capacités psychiques particulières), « Veleslav » (histoire de genre « Russian Fantasy’ sur un guerrier en exil). Outre l’élaboration d’illustrations pour le magazine « Le travail des hommes », « Igromaniya », plusieurs dessins animés pour le magazine ukrainien « K9 », il collabore avec plusieurs agences de publicité en tant qu’artiste. De 2006 à 2007, il participe à la gestation de l’album « 1612-ND » et collabore depuis novembre 20007 avec la compagnie cinématographique « BFT-Loisirs » en tant qu’artiste. De 2008 à 2009, il travaille sur le roman graphique « Excitation ». En 2009, Les Humanoïdes Associés lui confient la reprise graphique de « La Meute de L’Enfer » avec Philippe Thirault, après les départs successifs de Christian Hojgaard et Drazen Kovacevic, ce dernier n’ayant pas souhaité poursuivre la réalisation du 4e tome. En 2010, sur scénario de Yann, il entame le premier tome de la série « Louve », deuxième série parallèle des Mondes de Thorgal. Ses préférences stylistiques sont nettement dirigées vers un certain style réaliste européen. Citons notamment Gimenez, Serpieri, Giraud, segrelles, Jigounov et bien sûr Rosinski.

retour

POVLAKA
Artistes Lausannoise, Povlaka viendra présenter sa bande dessinée "Un soleil pour Samaa" qui est publiée gratuitement en ligne sur le site de bande dessinée amateur Amilova.com, sous le titre « Un soleil pour Samaa ».

language Site Internet

retour

MICHEL RODRIGUE
Il a été élève aux Beaux Arts, sportif de haut niveau (plusieurs fois en équipe de France de rugby), licencié en archéologie et comédien. Sa vocation de dessinateur de BD, il l’a découvre après une représentation de Cyrano de Bergerac.
En 1986, son adaptation en bande dessinée du chef-d’œuvre d’Edmond Rostand, chez Vents d’Ouest, remporte un beau succès. En 1987, il crée la mascotte officiel de la 1ère coupe du monde de rugby. À partir de 1990, succédant à René Pellos, il produit trois albums des Pieds Nickelés..
Suivront Doggyguard, avec Bob de Groot, et, chez Bamboo, Les Damnés de la route, Triple Galop tome 1 et Les Amours compliquées de Roméo et Juliette dont il signe les dessins.

language Voir ses livres

retour

JEAN-LOUIS THOUARD
Jean-Louis Thouard est né à Toulouse et a passé toute son enfance dans le Jura. Après les Arts décoratifs et une licence à la Faculté d'art de Strasbourg, il collabore avec de nombreux éditeurs.

Diplômé de l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg, et licencié de la faculté d’Arts Plastiques, il travaille pour l’édition et a publié plusieurs ouvrages en France, Angleterre, Turquie et Hong-Kong.
Il a notamment collaboré avec Pierre Bottero pour illustrer "La Quête d’Ewilan", "Les mondes d’Ewilan", "Le Pacte des Marchombres", et "Isayama".

Chez Casterman il a dessiné la trilogie sur les "Histoires extraordinaires d’Edgar Poe".

La ville de Dijon lui a commandé l’exposition "Dijon vu par" 2012.

En 2013, il publie "La somnambule", adaptation en bande-dessinée du polar américain "La Somnambule" d'Helen McCloy sur un scénario du romancier Stéphane Michaka.

Il vit aux environs de Dijon.

language Site Internet

retour

TURF
L’hôte d’honneur de la première édition nous fait le grand plaisir de participer à cette troisième édition.

Né en août 1966, Turf vit à Marseille au-dessus d’un garage, en face d’une voie ferrée. Amateur de BD, il réalise à partir de 12 ans des flips book de Tintin… Mais ce n’est qu’à 18 ans en découvrant Bourgeon et sa série historique « Les Passagers du Vent » chez Glénat que Turf décide de faire de la BD son métier. Il se rend alors à l’Ecole des Beaux-Arts d’Angoulême, et atterrit dans la même promotion que Oger, Wendling, Masbou, Loyer.

Son diplôme avec mention en poche, il travaille ensuite dans un studio d’animation sur des séries comme « Denver le dernier dinosaure » ou « Les Tortues Ninja », pour lesquelles il réalise entre autre des décors. Il revient à la BD quand le studio ferme. Et après une première histoire publiée en 1990 dans le tome 1 des « Enfants du Nil » où on découvrait déjà cet univers de « La Nef des Fous », Turf s’associe avec Joël Mouclier pour créer la série « Les Remparts d’Écume » dont il écrit le scénario du premier tome.

Par la suite, Turf crée et anime avec un talent de conteur-enlumineur, le petit royaume ubuesque de « La Nef des Fous ». Entièrement réalisées en couleurs directes, ses pages sont de véritables tableaux qui illustrent merveilleusement ce mystérieux monde clos.

Travailleur acharné mais lent, et débordant d’idées, Turf enrichit son univers par des créations ludiques telles que des puzzles, affiches, buvards, etc … Et lorsqu’il ne se consacre pas à ses activités graphiques, il prend une de ses guitares ou se consacre à sa précieuse et fabuleuse collection de jouets.

retour

THÉRY ZUFFEREY
Fascinée par les contes depuis l’enfance, Théry Zufferey écrit des histoires qu’elle raconte en premier à ses enfants. Ses expériences de vie et ses activités de thérapeute et d’éducatrice spécialisée dans les relations familiales sont une source d’inspiration constante.
Convaincue par la force des métaphores et du langage symbolique pour aborder les sujets sensibles, en parti culier avec les enfants, Théry Zufferey fait évoluer ses écrits au cœur de différents mondes imaginaires où la nature, les ressentis et la bienveillance ont une place particulière.

language Site Internet

retour

WALT
Walter Goossens dit Walt, fils de Roland Goossens dit Gos, est né à Bruxelles le 16 septembre 1966.

Très tôt il s’est intéressé au dessin et plus particulièrement au travail de son père et à la bande dessinée en général. On peut donc dire qu’il est tombé dans la « culture franco-belge de la B.D. » quand il était petit.

À l’âge de trois ans, il rampe sous la table de travail paternelle et réussit à y renverser le pot d’encre de Chine sur une planche ! Bel intérêt pour le métier qu’il confirmera quelques années plus tard en récidivant avec une tasse de café… Sur une planche de Gil Jourdan où figure un gigantesque carambolage autoroutier dessiné en plongée !

Après ces avatars, l’intérêt de Walter sera plus évident : il s’initie à la lecture en dévorant (des yeux uniquement !) les BD de la bibliothèque familiale et s’exerce au maniement de la plume, dès l’âge de dix ans, en apprenant le lettrage. Impatient de se préparer professionnellement, Walt s’inscrit dès l’âge de 12 ans à l’École des Arts d’Anderlecht (Bruxelles) où il suit les cours du soir pendant six ans.

En 1982 –il a seize ans- Walt se lance aux côtés de Gos, dans la réalisation des planches du Scrameustache. Pour ses débuts, dans « La saga de Thorgull » , il commence par l’encrage des textes et des décors ; dans « Le Secret des Trolls » et « Les Kromoks en folie » , parallèlement à l’encrage, il se lance dans la finition des dessins. Dans l’abum « Le Stagiaire » , la petite histoire « Le Satellite fou » est réalisée presque entièrement par lui seul (scénario et dessin).

En 1989, dans l’album numéro 19, « Les Figueuleuses » , Walt produit le synopsis original, collabore au scénario, aux dialogues, à la finition du dessin et s’occupe encore de l’encrage et du lettrage ; postérieurement, les synopsis seront initiés soit par Gos, soit par Walt mais ce mode de collaboration perdurera dans une bonne partie des autres tomes de la série.

Cependant, dans l’album « Le bêtisier galaxien » , Walt assure seul le dessin et dans les deux albums « Le Président galaxien » et « Tempête chez les Figueuleuses » , il gère scénario et dessin, animant ces personnages qu’il a créés.

Depuis une trentaine d’années et une trentaine d’albums, Walt et Gos collaborent donc de manière variable comme coauteurs, tant au scénario qu’au dessin, sur la série « Le Scrameustache ».

retour

PHILIPPE LUGUY
Philippe LUGUY est un des plus talentueux auteurs autodidactes de la Bande Dessinée contemporaine. Superbe interprète, il nous propose un univers graphique singulier emprunt d’une profonde esthétique. A mi chemin entre semi comique et semi réalisme il incarne avec CRISSE et DANY le renouveau de la bande dessinée stylisée post école de Marcinelle.

Dès l’âge de 18 ans, il fait la connaissance de Bonnet, Pellos et Godard qui le conseillent et l’encouragent. En 1974, il crée Sylvio le Grillon dans le journal Pif. Avec cet œuvre Philippe LUGUY positionne son univers esthétique emprunt de poésie et de fantastique. Son premier album, Cyril et le Château des Mille Diamants, sort aux Editions Garnier en 1977. LUGUY travaille aussi pour la télévision française, en 1980, dans des émissions aussi diverses que l’Aventure des Plantes, avec J.P. Cuny et J.M. Pelt, Espace Fabbri, avec Jacques Fabbri et Bernard Mabille, Les Tibères avec B. Delflandre et P. Vialet, Thalassa avec William Garit et Georges Pernoud, etc… Puis l’année suivante, Philippe LUGUY crée PERCEVAN en collaboration avec les scénaristes Fauche et Léturgie . Le dernier album de la série, Le huitième royaume, démontre s’il en était besoin tout le talent de cet auteur à l’encrage parfait.

  • 1985 – Prix « Betty Boop » du Meilleur Album Jeunesse au Festival de Hyères – Percevan
  • 1986 – Prix du Public au Festival de Belfort – Percevan
  • 1988 – Prix « Athis d’Or » du Meilleur dessinateur à Athis-Mons – Percevan
  • 1989 – Prix Jeunesse au Festival de Creil – Sylvio
  • 1990 – Prix du Public à St-Christole-lez-Ales – Karolyn
  • 1990 – Prix Jeunesse au Festival de Blois – Percevan
  • 1992 – Prix de la Meilleure BD enfant au Festival de Kokfijde, Belgique – Percevan
  • 2014 – Prix Passion au Festival d’Ajaccio, pour l’ensemble de sa carrière.
language Site Internet


retour
PARTENAIRES
xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx xxx
BD au Château d'Aigle